Comment être green dans la ville rose ?

Publié le

On vous raconte

La ville est rose mais la tendance est définitivement au vert. Cela dépasse bien entendu les limites du périphérique et touche maintenant le monde entier : les énergies renouvelables, les voitures hybrides, le recyclage, les transports en communs, le véganisme, et même le « locavorisme », toutes ces initiatives sont bien différentes mais dévoilent une part de l’écolo qui sommeille en chacun de nous.


Mais d’ailleurs qu’est-ce que c’est vraiment « être écolo » ?

Être écolo c’est prendre conscience que la satisfaction de nos besoins doit s’appuyer sur une gestion raisonnée de nos ressources car cette satisfaction engendre actuellement bien des maux pour la planète tels que le réchauffement climatique, la disparition de milliers d’espèces et l’épuisement des ressources. Tout cela peut paraître certes peu concret lorsque l’on sort au bout de la rue un dimanche matin en jogging jeter la poubelle de verre mais chaque petit geste compte. Pas de panique : être écolo ce n’est pas adopter un régime à base de pousses d’épinard et installer des toilettes sèches au fond du jardin !

OG2OK30

 

Transports en commun & ville verte

Le saviez-vous ?

On génère en moyenne 65% d’émission de gaz à effet de serre de moins lorsque l’on préfère les transports en commun à la voiture.

A Toulouse, on ne peut pas le nier, nous avons un accès très facile aux transports en commun : 2 lignes de tramway, plus de 80 lignes de bus et 2 lignes de métro pour l’instant car une troisième arrivera peut-être en 2024.

D’autre part, nous avons la chance d’habiter dans une ville où le climat est fort agréable, où le centre est peu étalé ce qui nous permet de nous déplacer facilement sur de courtes distances et qui propose en plus près de 283 stations de vélos. Les Toulousains les ont définitivement adoptés. En effet, d’après une étude de Vélo Toulouse réalisée il y a 2 ans, environ 900 cyclistes avaient été recensés en 1h30 en pleine matinée sur le Pont-Neuf.

Outre les différents moyens de transport que nous propose cette belle ville, n’oublions pas que celle-ci se parcoure aussi tout aisément à pied ! La ville a mis en place depuis quelques années un plan visant à injecter des espaces verts et piétons dans Toulouse comme peuvent en témoigner les travaux de la Rue des Lois dorénavant agréable à emprunter. D’autres espaces verts font aussi la beauté de la ville : le Jardin des Plantes, le Square Charles de Gaulle, la Daurade, le Jardin Japonais et j’en passe !

 

Le BIO

Le saviez-vous ?

La France est le 9ème pays du monde à avoir la plus grande surface de terres agricoles BIO, cette surface est de 1 million d’hectare et représente 1% de la surface totale de la France. De 2012 à 2015, la surface des terres agricoles BIO en France a augmenté de 26%

Les aliments BIO sont produits à partir d’ingrédients cultivés sans produits chimiques de synthèse et sans OGM (organismes génétiquement modifiés). Ils ne contiennent ni exhausteurs de goût, ni colorants, ni arômes chimiques. L’aspect écologique des produits BIO réside donc dans la non pollution et la non détérioration des sols et de l’air (et tout ce qui en découle…). Aujourd’hui 75% des Français consomment des produits BIO, alors voici quelques adresses de supermarchés BIO près de chez vous…

  • Bioasis Superette, 21 Rue des Amidonniers, 31000 Toulousevegetables-1403046_640
  • L’Aliment Naturel, 28 Boulevard d’Arcole, 31000 Toulouse
  • Biocoop Jean Jaurès, 32 Allée Jean Jaurès, 31000 Toulouse
  • Bio c’Bon Toulouse Capitole, 1 Rue de Rémusat, 31000 Toulouse
  • Domaine des Longchamp, 12 Rue des Tourneurs – 31000 Toulouse
  • Ki Vie Bio, 408 Avenue de Fronton – 31200 Toulouse
  • Graines de Sagesse, 103 Avenue Jean Rieux – 31500 Toulouse
  • Le Mazel du Comte (boucherie BIO), Place des Carmes, 31000 Toulouse
  • Chez ce cher Serge (Snacking BIO et local), 10 Rue Paule Raymondis 31200 Toulouse

Parmi ces magasins, un certain nombre privilégie également les produits locaux, en plus du BIO. Car même si le BIO est bon pour la planète, si le produit a fait le tour du monde quatre fois avant d’arriver dans votre assiette, l’empreinte écologique reste alors nettement plus importante. Consommer local est donc une excellente démarche écologique.

  • Ferme Attitude, « quand la campagne s’invite en ville » : Ferme Attitude est le premier magasin de producteurs fermiers au centre de Toulouse. Toute la semaine, ils alimentent leur magasin selon les productions : pain, fruits et légumes, volailles et œufs, fromages et produits laitiers, épicerie …
  • Points relais AMAP, ce sont des points de vente de produits BIO et locaux, le plus souvent récoltés quelques heures avant leur mise en magasin. Retrouvez le point de vente le plus proche de chez vous ici

Quelques adresses AMAP en centre-ville :

  • Amap FMR, 9 Boulevard des Minimes (légumes et pain)
  • Amap Arnaud-Bernard, 3 Rue Escoussières Arnaud Bernard (légumes et œufs)
  • Amap des Amidonniers 7 deniers, 2 Port de l’Embouchure (légumes)
  • Amap Lagarrigue, Cour Montoyol Rue Montoyol (légumes et fruits)
  • La Chouette Coop, 12 Avenue de Lyon, 31500 Toulouse

 

Le végétarisme et véganisme

Le saviez-vous ?

L’élevage du bétail et toutes les actions annexes qui participent à cette industrie représentent 51% de l’émission de gaz à effets de serre du monde entier, soit près de deux fois plus que l’émission de gaz à effet de serre de tous les transport réunis (air, ferroviaire, terre, mer). L’agriculture animale est responsable de 91% de la déforestation de la forêt amazonienne.

Et non, être végétarien ou vegan n’est pas simplement un phénomène de mode ! Ceci est bel est bien un comportement écologique, et pas des moindres…Le régime végétarien consiste à supprimer de son régime alimentaire la chair animale (mais pas les produits d’origine animale tels que le miel, le lait ou les oeufs). Le régime végan, lui, consiste à supprimer de son alimentation tout produit de provenance animale.

« Nous mangeons trop de viande ». Outre l’aspect nutritionnel de cette phrase (qui ne sera pas abordé ici), il est surtout important de comprendre l’aspect environnemental. Comme le montrent les chiffres ci-dessus, l’industrie de l’élevage animalier représente un désastre écologique. C’est pour cette raison que naît en ce moment une tendance à réduire notre consommation de viande, cela se voit notamment sur les cartes des restaurants avec de plus en plus de formules végétariennes.

Voici pour vous aider une liste non exhaustive de restaurants végétariens toulousains (n’hésitez pas à demander à vos restaurants préférés s’ils proposent eux aussi des formules ou plats végétariens, ou même végans) :

  • La Faim des Haricots, 2 bis, rue du Puits Vertsalad-791891_640
  • Invita Fresh Food, 24, rue des Paradoux et aussi 18, rue d’Aubuisson à Toulouse
  • Manger Autrement, 155 grande rue Saint-Michel
  • La Belle Verte, 50 rue d’Aubuisson à Toulouse
  • B12, 44 rue des Sept-Troubadours
  • Zinzin, 17 rue Arnaud Bernard
  • Roquette & Julienne, 18 place des Pradettes.

Si vous n’êtes toujours pas convaincus de l’impact de l’industrie du bétail sur l’environnement, et pour des informations plus poussées sur le sujet, je vous recommande vivement le film Cowspiracy, très intéressant et très bien documenté.

 

 

La tendance « zéro-déchets »

550px-Recycling_symbol2_svgCette nouvelle tendance, dont Béa Johnson est sûrement la leader avec son fameux livre « Zéro déchet », est en plein essor en ce moment. Ce mode de vie consiste à limiter au possible le nombre de déchets par personne ou par foyer. Cela passe évidemment par le recyclage qui fait déjà partie des mœurs, mais pour aller plus loin dans cette démarche il existe aujourd’hui beaucoup de magasins et techniques innovantes qui nous rendent plus responsables. Les Allemands ont d’ailleurs pris de l’avance sur nous avec leur système de consignes déjà présent dans une majorité de magasins. 

Le saviez-vous ?

Un tiers de notre poubelle est composée de déchets organiques.

A Toulouse, il est possible de recycler ses déchets organiques en demandant à la mairie un composteur lorsque l’on possède un jardin. On peut aussi demander à la mairie, avec l’accord du propriétaire, l’installation d’un composteur collectif aux pieds d’un immeuble possédant un jardin. Pour ceux qui ne possèdent pas de jardins, pas d’inquiétude : la mairie a mis en place des composteurs collectifs publics dans les Jardin des Plantes, Jardin du Grand-Rond et Jardin Royal.

Ensuite, pour palier aussi à la trop forte consommation de déchets, il existe aussi plusieurs magasins toulousains dit « en vrac », c’est-à-dire qui limitent les emballages plastiques et papiers. Ils proposent tous les produits alimentaires et même parfois ménagers dont vous avez besoin en libre-service. C’est à vous d’amener vos propres contenants en verre (pour le riz et les pâtes par exemple) ou en tissu (sacs pour les fruits et légumes, …). Le Petit Tou vous présente deux magasins de ce type au centre-ville de Toulouse :

  • Ceci et Cela, 7 rue Baour-Lormian
  • Day by Day, 37 Avenue Etienne Billières, qui est une chaîne ayant déjà connu un certain succès dans d’autres villes.

 

Quelques sites à retenir

Jedeviensécolo : le blog de Lucie, une bloggeuse toulousaine engagée et gourmande.

Ecosia : le moteur de recherche qui vous permet de planter un arbre dans le monde à chaque clic (l’argent servant à financer ces projets est récolté à partir des annonces proposées par ce moteur de recherche).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *