Les succès toulousains

Publié le

Les succès toulousains

On vous raconte

Les lumières s’allument, les sapins scintillent et les chocolats chauds remplissent les tasses… Mais que se cache-t-il derrières les vitrines de nos belles boutiques ? Étoffes soyeuses, accessoires délicats et mobilier design… Le Toulousain, ayant tendance à se déprécier, loue souvent à tort l’exception de ces marques prétendument venues d’ailleurs. Détrompez-vous : Toulouse est un creuset de talents, de visionnaires et d’artistes ! Il est temps d’apprendre à les (re)connaitre et de réaliser que de célèbres griffes ont vu le jour dans notre belle ville rose !

 

 

Les indétrônables

 

« On est nés dans la mode. Certains s’amusent à jouer au foot, nous, on jouait à escalader des cartons de tissus » raconte Alexandre Elicha. Son nom ne vous dit peut-être rien pourtant cette famille toulousaine est emblématique puisqu’elle est le berceau de deux fleurons de la fashion industry made in France. Passionnés par le textile de génération en génération, Georgette et Tony, les parents, sont les fondateurs de l’incontournable marque Comptoir des Cotonniers. Les trois fils, quant à eux, ont créé quelques décennies plus tard l’institution The Kooples. Et à y regarder de plus près, quelques similitudes apparaissent malgré deux marques aux styles radicalement différents. L’une propose des pièces classiques mais tendances alors que l’autre est ancrée dans un univers rock et chic. Mais c’est parce que la maman eut l’ingénieuse idée de présenter ses collections en se fondant sur le duo mère-fille que les trois frères misent désormais sur un autre tandem : le couple. Au-delà de l’impressionnant succès international de ces deux enseignes, on est encore plus touché par l’héritage familial. Cette famille inspirante, symbole de transmission, nous prouve que les aînés sont des exemples qu’il nous suffit parfois simplement de réinventer afin d’explorer de nouveaux horizons.

 

Innovation et imagination sont donc les maîtres mots de ces créateurs toulousains ; à croire qu’il y a un petit air inspirant à Toulouse puisque d’autres magnifiques réussites ont vu le jour en son sein.

 

 

Les créatifs

 

Il y a une dizaine d’années, toute adolescente se devait d’arborer fièrement sa propre bague à breloque : on pense évidemment aux emblématiques bagues Marc Deloche. Aujourd’hui, le célèbre bijoutier et architecte a pignon sur la rue de Rivoli à Paris. Succès fulgurant, vous avez dit ?

Féru d’art et de design, travaillant en France comme à l’étranger, il entretient pendant des années sa passion pour la joaillerie en tant que collectionneur. Et, un jour, il saute le pas : c’est ainsi que le magasin de la rue Antonin Mercié ouvre ses portes. Depuis, il ne désemplit pas. La gamme s’élargit et les matériaux se multiplient. Dans un premier temps, il se concentre quasi exclusivement sur l’argent, son élément de prédilection. Mais les collections incluent désormais l’or, le vermeil, les pierres précieuses. Oser et réussir : une conversion qui peut sembler impossible mais un pari désormais réussi pour cet architecte toulousain qui vit désormais de ses deux passions.

 

Lui aussi est architecte et lui aussi a un matériau fétiche : le bois. Il s’appelle Henri P. Le P vient de Péréa, son nom de famille mais également le nom de la menuiserie familiale où il a passé son enfance et confectionné son premier meuble à l’âge de 5 ans. Jeune, il réalise que non seulement le travail du bois le passionne mais la forme l’intéresse encore plus. Alors, il décide rapidement de devenir designer et de fonder sa marque au sein de l’entreprise de son papa. Aujourd’hui, même si ses modèles sont encore distribués à une échelle relative, il est déjà salué par les plus grands. Henri P, un génie en herbe qui n’a rien à envier aux meilleurs.

 

Finalement, eux ne sont pas designer pour un sou mais ils ont également pris le parti d’oser. Anne et Valentin, jeune couple d’opticiens toulousains, souhaitent en 1980 ouvrir une boutique qui d’une part leur ressemble et d’autre part propose des montures singulières et distinctives. Graphiques, colorées, élégantes. En d’autres termes, ils aspirent à refléter voire souligner la personnalité d’un individu au travers de ses lunettes. Alors, avec les moyens du bord, ils dessinent et font fabriquer les modèles dans un petit atelier. Aujourd’hui, Anne&Valentin c’est 9 magasins exclusifs à travers le monde et 1500 points de vente. Mais surtout, c’est l’assurance de reconnaître la paire parmi mille autres.

 

Chacune à leur manière, ces trois marques ont vu le jour grâce à quatre personnalités fougueuses qui ont osé suivre leur instinct. Retenons-y de, quelques fois, lâcher prise afin de se laisser guider par notre intuition.

 

 

 

Les raffinés

 

Qu’est-ce qui réunit Marion Cotillard, Vanessa Paradis et Scarlett Johansson à part leur beauté ? Les foulards Pierre Louis Mascia dessinés allées Jules Guesde à Toulouse et tissés à Côme en Italie. Après des années en tant qu’illustrateur haute-couture, il lance sa marque éponyme en 2007 et fournit à chaque saison une quantité prodigieuse d’imprimés colorés, inattendus voire farfelus mais éclatants. La recette du succès ? Son expertise dans le domaine des accessoires réunie à son univers décalé et inimitable.

 

Pour finir si l’envie vous prend de réaménager votre maison, choisissez les textiles et revêtements Elitis. La marque se revendique auteur et éditeur à bon escient puisque l’on est charmé par les appellations évocatrices de ses produits : « assouvir ses désirs », « recherche sirène désespérément », « bleu comme la nuit ».  C’est bien l’innovation et la passion qui règnent au cœur de son métier considéré comme traditionnel mais qu’Elitis tente chaque saison de moderniser davantage. Et si ce n’est que dix-sept ans après sa fondation qu’un show-room a été ouvert à Paris, c’est grâce à la foi qu’on peut rayonner dans le monde entier depuis Toulouse.

 

 

Outre les quelques noms cités ci-dessus, il existe évidemment toute une ribambelle de créateurs, artistes, génies toulousains qui font la pluie et le beau temps des vitrines locales comme du monde entier. Cessez de croire que les talents se trouvent ailleurs, soyez fiers de votre ville et en cette période de bonne résolution, si une flamme intérieure vous habite, laissez-là s’exprimer. Vous êtes peut-être la prochaine réussite toulousaine dont nous serons ravis de parler.

Que Noël soit beau et lumineux, que votre sapin soit garni de belles attentions, que vous soyez comblés de bonheur et de cadeaux.

 

 

Louise

 

Et vous, quel est votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *