TROIS MONUMENTS TOULOUSAINS, TROIS MYSTÈRES #1

Publié le

TROIS MONUMENTS TOULOUSAINS, TROIS MYSTÈRES #1

On vous raconte

Ô Toulouse ! Les longues balades le long des quais, les instants d’étonnement devant la richesse architecturale et la splendeur des monuments : Toulouse nous charme chaque jour. Mais telle une amante indocile, elle ne révèle pas tous ses secrets. Alors en amoureux curieux, nous avons cherché à découvrir les mystères qu’elle cache derrière tant de beauté. Nous n’avons pas été déçus : voilà ce que nous avons appris en perçants les mystères de trois monuments toulousains.

Fontaine de Griffoul - Monuments - Toulousains - mystère

 

Uriner dans la Fontaine de Griffoul fait scandale

 

Pour commencer, nous nous dirigeons sur la Place Saint Etienne où se situe en son centre la fontaine de Griffoul dont la construction remonte à la fin du XVIe siècle. Si griffoul veut dire source en occitan, il s’agit d’une des premières fontaines toulousaines. Quatre personnages de la Renaissance déversent quantité d’eau par les prolongements de leurs bras, qui semblent avoir des têtes de poisson aux extrémités. Curieux paysage, n’est-ce pas ? A l’époque de sa construction, la fontaine avait été pensé autrement. Les quatre personnages urinaient et expulsaient donc l’eau par leurs organes génitaux. Scandalisés, les habitants de l’époque ne supportaient pas de voir un tel spectacle. Pudique et respectueuse, Toulouse a laissé la fontaine de Griffoul devenir celle qu’elle est aujourd’hui.

 

Basilique saint sernin - Monuments - Toulousains - mystère

 

Ne pas dérober le butin de la Basilique Saint-Sernin

 

Nous nous laissons ensuite mener devant la Basilique Saint-Sernin : comment ne pas s’arrêter pour admirer ce chef d’œuvre ? Construite en 250 pour abriter les reliques de Saint-Saturnin, le premier évêque des terres toulousaines, elle est inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1998. Maintes fois détruite et reconstruite, elle ne flanchera jamais. Mais son Histoire remonte à bien avant : la légende raconte que 3 siècles avant Jésus Christ, une armée celte vola un butin inconsidérable dans le temple d’Appolon à Delphes et le ramena au cœur de Toulouse. Au même moment, une épidémie de peste sévit et cet or fut considéré comme maudit. Il fut donc jeté dans un lac qui se trouverait juste en-dessous de la Basilique Saint-Sernin. Il y a quelques temps, cette fameuse légende a refait surface lorsque des fouilles à Saint Sernin ont été annoncées. Y a-t-il vraiment de l’or sous la basilique ? Quel autre trésor est enfoui en la ville rose ?

 

 

L’Hôtel-Dieu n’est pas à l’abandon

 

D’autres secrets sont plus sombres et révèlent une facette méconnue de la vie toulousaine. Un soir, en admirant la Grave et sa robe de nuit ornée de lumière, nous nous sommes demandés ce que cachait l’Hôtel-Dieu Saint Jacques. Il va sans dire qu’une partie de l’édifice est inscrite au titre de monument historique depuis 1986. Aujourd’hui, il fait également office de centre de recherches et de Musée d’Histoire de la Médecine. Cependant, son passé renferme un souvenir moins gai : jadis, les bébés abandonnés étaient déposés dans la tour de cet hôpital historique, dans une sorte d’armoire pivotante où les Sœurs les récupéraient et s’en occupaient. Généralement, elles nommaient ces enfants par le prénom du Saint du jour.

 

Oh Toulouse, que nous caches-tu d’autre ? Quels autres mystères jalonnent ton Histoire et te rendent si singulière ?

 

Aya

Illustrations : Nabil

Et vous, quel est votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *