ON FAIT QUOI CE WEEK-END ?

Publié le

ON FAIT QUOI CE WEEK-END ?

On vous raconte

Entre deux toasts de foie gras et deux verres de champagne, découvrez les évènements de ce week-end dans notre belle Ville Rose !

Trois sœurs nous racontent de nombreuses histoires en mélangeant les contes de Vassilissa la très belle, Cendrillon et même la Reine des Neiges !

Sur fond d’humour et de légèreté, la compagnie joue avec le folklore en détournant joyeusement Les Trois Sœurs de Tchékhov de leur nostalgie afin de nous emmener sur le chemin universel de l’enfance.

 

L’histoire est la suivante : trois sœurs dans une chambre qui rejouent leurs histoires préférées, qu’elles connaissent par cœur, même si elles ne sont pas toujours d’accord sur la fin.

 

Dès lors, l’atmosphère visuelle et sonore dégagée par la pièce marie subtilement le folklore russe ainsi que la ritualisation des jeux d’enfants.

 

Ballet en deux actes

Sur un livret d’Ivan Vsevolojski et Marius Petipa d’après Histoire d’un Casse-Noisette, adaptation par Alexandre Dumas de Casse-Noisette et le Roi des rats d’ E. T. A. Hoffmann

 

 

N’importe quel enfant rêve que, la nuit venue, ses jouets s’animent et vivent des vies secrètes teintées de diableries et d’amusements. Dans cette version de Kader Belarbi, sur la partition de Tchaïkovski, le monde clos du pensionnat de l’acte I s’oppose aux portes du rêve qui s’ouvrent dans l’acte II. Comme dans le conte d’Hoffmann, Drosselmeyer est un personnage double. Directeur d’un pensionnat et magicien ensorceleur, il orchestre les mondes réels et imaginaires. Dans une plongée à travers les régions de l’obscur et du féerique les enfants bravent les interdits, chassent les peurs nocturnes, ressentent leurs premières émotions, partagent les épreuves et rêvent le merveilleux.

 

 

Durée : 2h20

 

Dans ce lieu fort animé qu’est le Cactus a été instauré le concept « 11 mois, 11 photographes » par l’artiste peintre Patrick Pavan.

Depuis quatre ans et chaque mois est présentée une nouvelle exposition d’un photographe choisi par le coordonnateur artistique de l’année (Joël Arpaillage en 2017). Le 12e mois a lieu une exposition sur le thème commun du Cactus vu par chacun des 11 photographes au cours de l’année (un livret est publié sur les travaux de l’année).

 

Pour ce mois de décembre

La diversité des regards a permis d’aller du Japon à Cuba via le Népal, le Maroc et l’Écosse, mais aussi de passer des tristes façades de cafés fermés aux instants de vie dans des cafés toulousains, de faire des promenades oniriques dans Toulouse ou de voir des portraits volontairement obscurs.

Ce mois de décembre les photographes nous donnent à voir les portraits de « cactusiens », ces personnes présentes au Cactus pour boire, manger, échanger, écouter de la musique ou pour y travailler.

 

Bonne fin de semaine à tous, et bon réveillon ! 🙂

 

Vincent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *