Cinq bonnes raisons d’acheter vintage et d’occasion

Publié le

Cinq bonnes raisons d’acheter vintage et d’occasion

On vous raconte

Vous en avez forcément croisé dans les rues toulousaines : friperies, magasins d’objets chinés, boutiques vintages et d’occasion. Vous y êtes peut-être entré par curiosité, en avez parcouru les allées et recoins, avez hésité sur une veste, une lampe, un jean, mais vous êtes finalement reparti les mains vides.

Pour franchir cette barrière mentale que certains dressent quand ils sortent des rayons des grandes enseignes et magasins, le Petit Tou vous donne cinq bonnes raisons d’acheter vintage et d’occasion avec en prime quelques bonnes adresses.

1 – Old is the new New

 

Je ne vous apprends rien : la vie est un éternel recommencement. Si vous craignez de revenir dix ans en arrière en achetant ce blouson aux motifs de tapis retro, dites-vous plutôt que vous pourriez devenir le précurseur d’une future tendance. Non, sans blague, si tout n’est pas bon à reprendre dans le vintage (le retour du mulet en 2030 ?), nombre d’influenceurs et de créateurs revendiquent trouver leur inspiration dans les friperies, alors n’hésitez-plus et foncez !

 

2 – L’écologie les amis

 

8 000 et 10 000 litres deau, soit environ 250 douches (si vous n’êtes pas trop long), c’est ce que nécessite la fabrication d’un jean. Certes, pour économiser cela, vous pouvez aussi choisir de ne pas vous laver les neuf premiers mois de cette année, mais bon, pas sûr que cela soit le meilleur choix d’un point de vue social. Chaque pièce achetée d’occasion c’est un geste pour la planète.

 

A l’inverse, on ne cesse plus de répéter l’empreinte carbone des groupes spécialisés dans la vente en ligne tel qu’Amazon. Bien sûr, on ne peut pas tout trouver d’occasion et en bas de chez soi (quoique), mais acheter de la seconde main localement devrait devenir votre bon réflexe de l’année si vous vous souciez de la planète.

 

3 – Votre portemonnaie vous dit merci

 

Si vous êtes déjà millionnaire, patron d’une grosse multinationale ou que vous aimez simplement dépenser plus que ce que vous avez, vous pouvez ignorer ce conseil. Pour tous les autres qui sont soucieux de ce qui sort de votre compte en banque, vous n’êtes pas prêts pour les économies que vous allez faire. Évidemment cela varie des boutiques et des articles, je ne vous promets pas que vous ressortirez systématiquement avec le style de Macklemore pour seulement 20 euros. Néanmoins, vous serez toujours gagnant économiquement par rapport à du neuf. Et certaines friperies proposent même de la vente au kilo ! Cela vous laisse une bonne marge pour faire des affaires.

 

En dehors du rayon vestimentaire, le calcul est encore plus vite fait : il semble en effet peu probable que vous revendiez un jour du mobilier de ce siècle et fabriqué à la chaîne, plus cher que ce que vous ne l’avez payé. Avec un objet plus ancien et de qualité en revanche, tout est possible, il ne reste plus qu’à savoir si vous avez l’œil pour repérer les bonnes affaires.

4 – Trouver LA pièce unique

 

Non, désolé si je viens casser cette douce illusion, mais porter la dernière paire de Nike ou le must-have ASOS de la semaine ce n’est pas avoir un style ! Alors, plutôt que de passer vos après-midis sur internet, pourquoi ne pas vous frotter à la réalité du terrain ? Je ne vous cache rien, il sera peut-être plus difficile au début de fixer votre choix sur une pièce qui n’est pas validée par plusieurs millions de personnes, mais tellement plus gratifiant au final ! Vous ressortirez avec un vêtement unique et construirez pièce après pièce un look qui n’appartient qu’à vous.

 

De même, si vous recherchez du petit mobilier pour votre appartement (table basse, lampe, chaise), sachez résister à l’envie d’ouvrir Ikea et prenez le temps d’un après-midi en ville pour vous laisser tenter par du mobilier chiné. Il sera assurément de meilleur goût que RÅVOLEG, cette table en fibres de bois montée en kit au nom imprononçable (n’en déplaise à nos amis scandinaves).

 

5 – La valeur du passé

 

Qu’il s’agisse de vêtements, de mobilier ou de décoration, il serait dommage de se réduire à n’acheter que du neuf et de se priver de l’histoire que peux nous transmettre un vêtement ou un objet. La patine accumulée au fil des ans, l’usure qu’on recherche pour son grain si particulier, ce genre de détails ne peuvent pas toujours être reproduit en usine.

 

 

Et voilà, autant de raisons de pousser la porte de la prochaine boutique d’occasion qui accrochera votre œil !

 

Camille

Et vous, quel est votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *