Interview : Boussole Records, label 100% toulousain !

Publié le

On vous raconte

Fêtant le 27 Janvier au Bikini ses quatre ans, le label toulousain a bien grandi. Avec les EP, les compilations et ses Boussole Party, le crew s’est fait un nom. Le Petit Tou est parti à la rencontre de 5 membres du label, place de la Bourse, autour d’une bière.


Mais au fait, c’est quoi Boussole Records ?

  • Salut les gars ! On peut faire un petit tour d’horizon des membres du collectif ?

 

boussole1

Paul (Label Manager) : « On est officiellement 13 dans le collectif. Aujourd’hui on a 6 projets au label. Avec nous ce soir on a KENDAL, KHALK et Mangabey. M&C et FaCIL sont à Paris et Filiber à Limoges. Niveau graphisme, c’est Romain ici présent qui s’en charge depuis le début. Le dernier arrivé, Gilles gère avec moi tout ce qui est le booking d’artistes et l’évènementiel ».

 

  • L’histoire de Boussole Records c’est quoi ? Une bande de potes ?

Paul : Ouais carrément ! Boussole c’est vraiment une histoire de potes qui a commencé au départ avec 5-6 membres. Au début, ce n’était pas un label : on faisait juste des soirées à l’Episode, au Cri de la Mouette ou à la Dynamo. Le projet a muri et on a décidé de structurer les choses en passant à la production.

  • Quel est le style que l’on pourrait affilier à Boussole ?

Paul : On n’a pas réellement de style affilié, et c’est ça qui nous plait. On aimerait se détacher un peu de la large étiquette House-Techno qui finalement ne veut plus dire grand-chose. En fait, on remarque aux vues des soirées et de nos releases qu’on est plutôt éclectique. On a pu passer par de la pop, de la techno ou encore de la UK House. La nouveauté c’est que beaucoup de nos sons sont destinés à passer en club.

  • Boussole Records en un mot ?

Difficile de le réduire à un mot. Mais deux ressortent souvent : la famille, et l’éclectisme.

  • Auriez-vous un nom de son qui résume le succès du label ? Celui qui a mis tout le monde d’accord ?

Paul : « On n’a pas réellement eu de gros hits. Le label a souvent produit des sons qui stagnent autour de 5000 écoutes. Le passage du format single au format EP a lui peut-être mis tout le monde d’accord car l’EP symbolise l’état d’esprit du label ».

KENDAL (Artiste) : « Quand on rencontre le public, on voit que ce n’est pas forcément les tracks mais plutôt un artiste du label qu’il préfère. Car chacun a une patte sonore, son univers comme dirait la Nouvelle Star ». (rires)

Romain (Graphiste) : « C’est compliqué de dire d’un coup comme ça. Certains plaisent, d’autres non. Peut-être que dans un an ou deux on pourra mieux répondre à cette question ! ».

 

 Boussole et la scène

  • Pour vous, c’est quoi un bon Dj ? Y’a le mythe du bon chasseur des Inconnus, mais ça rime à quoi pour les DJ ?
tumblr_inline_noww2umkgw1s9x8us_500

KHALK : « Il sait s’adapter et faire danser ».

KENDAL : « Le bon DJ n’a pas d’égo, ou du moins, il le met de côté.  Il doit savoir se faire plaisir tout en faisant plaisir aux autres. »

Mangabey : « Le bon DJ trouve les trésors et fait des transitions de sorte à jouer un grand morceau. Il raconte une histoire et nous fait voyager ».

  • Vous avez un souvenir sur scène à faire partager ?

KHALK (Artiste) : « J’suis vraiment quelqu’un de stressé et tout de suite un peu malade sur scène, alors du coup, je bois. Une fois que j’avais fini mon set au Bikini, l’alcool était monté d’un coup. Comme tout le monde restait sur scène, je suis resté avec eux et j’sais pas pourquoi, mais j’ai décidé de sauter dans le public. J’ai fait l’aller-retour porté par les gens ! Le plus drôle dans l’histoire c’est que FaCIL, autre membre du label, a essayé de faire pareil… Mais il est beaucoup plus corpulent que moi alors personne ne l’a rattrapé, et il a fini cloué au sol ». (rires)

  • Par rapport à la scène toujours : c’est quoi la grosse date Boussole à pas rater prochainement ?

 Les 4 ans de Boussole Records au Bikini le 27 Janvier où on invite Mézigue ! On l’attend avec impatience. C’est notre 5ème date au Biko et faire venir un guest nous permet de rencontrer des gens et c’est l’occasion de changer un peu !

boussole-records-bikini

3 ans de Boussole Records au Bikini en Janvier dernier

 

Quels futur et stratégie pour le label ?

  • Pourquoi vos compilations sont-elles à prix libre ? C’est la stratégie de votre label ?

Paul : C’est pas tellement une stratégie. Au début, les releases étaient payantes : on les distribuait sur une plateforme de téléchargement. Mais on s’est vite rendu compte que ce n’était pas vraiment ce qu’on voulait alors jusqu’à il y a un an on était en full gratuit sur Soundcloud. Le passage du single à l’EP a signé l’arrivée du format « Name Your Price » qui est un bon compromis car il permet aux gens de se procurer les sons sur le site Bandcamp au prix qu’ils veulent. Nos compilations sont éditées à 1000 exemplaires en physique et son distribuées gratuitement à Gibert Joseph ou dans nos soirées.

                                    boussole-records-compils      boussole-records-compils-back

Boussole Records – Compilation Volume III

  • Quelles sont vos ambitions au label pour les moments à venir ?

KHALK : « Acheter une maison à Miami, aller sur la côte Ouest, louer un sous-marin à Poutine car on a des plans avec lui et faire la teuf dedans ». (rires)

En vrai, on voudrait continuer sur la lancée et promouvoir nos artistes. On se concentre sur le prochain EP de KENDAL, le lancement d’un studio d’enregistrement commun à tous les artistes, et l’expansion des Boussole Party partout en France. On veut grandir en même temps que Boussole.

  • Pourquoi, à votre avis, la techno intéresse de plus en plus de monde ? La techno est-elle devenue commerciale ?

Paul : On ne peut pas vraiment dire commerciale au sens où ça passe à la radio mais populaire ça, oui ! Il y a quelque chose de culturel là-dedans : la culture club s’est réellement étendue. En boite, c’est sûr qu’il y a eu une tendance à oublier les morceaux rock au profit de la musique électronique comme la techno. C’est rigolo, mais la jeune fille qui écoutait du Justin Bieber se retrouve aujourd’hui dans une cave parisienne à écouter de la techno. (rires)

KHALK : Concrètement, Boussole ne serait pas devenu Boussole sans ce renouveau, et c’est tant mieux, on est plutôt content car plus on est de fous, plus on rit.

  • Vous connaissez le Petit Tou : on répertorie les bons plans de Toulouse. J’imagine que vous aussi vous avez vos petits péchés mignons sur Toulouse.

Chez Tonton ! Non, sans blague. On a beaucoup squatté la Place Saint Pierre et on a souvent fait les mêmes endroits.

Paul : « Y’a le restau japonais IORI Rue des Paradoux que j’ai découvert il y a quelques mois et que je peux que recommander !

En fait, après 26 ans, je connais pas tellement !  On a pas fait l’effort de chercher les trucs. De toute façon maintenant, on a le Petit Tou ! »

Et vous, quel est votre avis ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.